Le journal du net

Quel oreiller choisir pour améliorer son sommeil ?

Pour bénéficier d’un sommeil réparateur, il est nécessaire que plusieurs facteurs soient réunis, comme dormir dans un environnement sain, garder une température ambiante adéquate, ou avoir une bonne literie, un matelas de qualité, ainsi que des oreillers adaptés.

En effet, l’oreiller contribue fortement au confort de son utilisateur et aide à améliorer la qualité du sommeil. Plusieurs critères doivent alors être pris en considération lors du choix d’un oreiller. Le point dans cet article.

Pourquoi est-il important de bien choisir son oreiller ?

L’oreiller doit assurer un alignement entre la tête et le cou du dormeur, afin d’éviter les torsions cervicales ou dorsale, qui sont souvent à l’origine de douleurs articulaires, de raideurs, ou de migraines.

Quand les vertèbres cervicales sont bien alignées avec la tête, leur maintien est plus efficace, et les muscles de la colonne vertébrale peuvent se relâcher, ce qui aide à améliorer la circulation sanguine.

L’oreiller est donc un élément clé pour un bon sommeil, car un mauvais maintien de la tête risque de forcer le corps à s’ajuster durant la nuit. Un bon oreiller doit être en mesure de respecter la mobilité de la nuque, il doit soutenir le dormeur tout en lui laissant suffisamment d’amplitude au niveau du cou.

Comment choisir le bon oreiller ?

Les magasins spécialisés et les grandes surfaces proposent un tel choix d’oreillers qu’il est parfois facile de s’y perdre. Entre les moelleux, les fermes, les oreillers ergonomiques, à mémoire de forme, en fibre ou en duvet, le choix doit se faire en fonction de plusieurs critères. Pour s’assurer de bien choisir son oreiller, il est recommandé de s’adresser à un magasin spécialisé ou de consulter les sites web des enseignes en ligne, qui proposent des simulateurs interactifs.

Un oreiller doit être adapté à la personne qui va s’en servir, en tenant compte de sa position de couchage, de sa morphologie, de sa corpulence, et du degré de confort souhaité.  

Pour assurer un bon alignement entre la tête et le cou, l’épaisseur de l’oreiller doit être différente selon que l’on dorme sur le dos, sur le côté ou sur le ventre.

Pour les personnes qui dorment sur le ventre, il est préférable d’avoir un oreiller quasi-plat, entre 5 et 6 cm, pour éviter d’avoir le cou douloureux au réveil, à cause d’une nuque trop relevée.

En revanche, pour un coucher sur le côté, un oreiller de plus de 9 cm d’épaisseur est recommandé. Dans ce cas, l’oreiller doit garder le contact avec le creux de la nuque, tout en laissant les épaules dégagées afin de ne pas les comprimer.

Pour ceux qui dorment sur le dos, plusieurs épaisseurs sont possibles, en fonction des préférences de chacun. Le plus important pour ces personnes, c’est que l’oreiller assure un maintien optimal du cou, sans provoquer une cambrure de la nuque.

Par ailleurs, il est essentiel que le choix s’effectue selon la stature, afin que l’oreiller puisse supporter la pression du corps. Il faut alors opter pour un oreiller épais (environ 12 cm), et bien ferme, dans le cas d’une personne de grande taille, à épaules carrées ou à forte corpulence.

Un autre critère à prendre en considération est le confort recherché pour un oreiller. Certaines personnes sont adeptes des oreillers souples, alors que d’autres préfèrent dormir sur une surface plutôt ferme ou mi-ferme.

Les oreillers en mousse représentent la meilleure solution pour les adeptes d’un soutien ferme, ils sont également plus hygiéniques et plus durables. Les oreillers en fibres sont généralement moins chers et faciles à entretenir, alors que les garnissages en plumes ou en duvet offrent un confort moelleux sans pareil, tout en étant de véritables nids à acariens.

Il existe aujourd’hui sur le marché de nombreux oreillers ergonomiques à mémoire de forme, destinés surtout aux personnes souffrant de problèmes de cervicales, car ils se moulent aux contours de la tête et permettent de la maintenir efficacement.

Quel garnissage choisir pour son oreiller ?

Le garnissage de l’oreiller définit en grande partie le degré de confort qu’il offre, ainsi que sa durabilité dans le temps.

Les oreillers les plus classiques sont composés soit de fibres synthétiques ou naturelles, soit de plumes ou duvet. Les fibres ne s’adaptent pas souvent à la position de sommeil et vieillissent assez mal, car elles ont tendance à perdre de leur fermeté avec le temps, à s’aplatir ou à se creuser.

D’un autre côté, il y a les oreillers ergonomiques, généralement fabriqués en mousse à mémoire de forme, et qui épousent les contours de la nuque. Ces oreillers prennent une forme personnalisée en s’adaptant au poids de la tête, et présentent une durée de vie plus importante que les autres garnissages. La mousse à mémoire de forme est la matière la plus performante du point de vue du maintien de la nuque, et elle offre un confort optimal tout au long de la période de sommeil.

La plupart des fabricants proposent aujourd’hui une nouvelle génération d’oreillers en mousse à mémoire de forme, qui sont à la fois respirantes, confortables et qui offrent un bon maintien.

Choisir la forme et la taille idéales pour son oreiller

La taille de l’oreiller ainsi que sa forme sont également des critères de choix importants. Un oreiller peut être carré ou rectangulaire, et les dimensions varient selon les fabricants. Les oreillers carrés peuvent maintenir une grande partie du dos, et ils sont plus utiles à la lecture par exemple, qu’au sommeil. A l’inverse, les oreillers rectangulaires sont plutôt propices à l’endormissement, car ils s’adaptent à la forme des épaules, et ils permettent également de réduire l’encombrement sur le lit.

D’un autre côté, la largeur de l’oreiller doit être choisie en fonction de celle des épaules, et de la fréquence des mouvements du dormeur.

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide