Le journal du net

Paiement en ligne et réglementation européenne : tout ce qu’il faut savoir

Les transactions en ligne étant en constante évolution, il était capital d’instaurer des normes pour contrôler et régulariser les opérations. C’est dans cette optique qu’est née la directive sur les services de paiement en ligne. Que faut-il savoir sur cette réglementation ? Cet article a été rédigé dans le but de vous en apprendre davantage.

La Directive sur les Services de Paiement (DSP)

La directive sur les services de paiement en abrégé DSP est l’ensemble des normes instaurées dans le domaine des paiements en ligne. C’est un peu comme la LCB-FT définition qui régularise le secteur financier. En réalité, la DSP intervient dans la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme érigé pour assainir le système financier.

L’objectif principal de la DSP est de circonscrire et de sécuriser les transactions financières effectuées sur internet à la suite de l’augmentation des fraudes répétitives en ligne. Il en existe deux différents types en premier lieu, il y a le DSP 1 et le DSP2.

La DSP 1 et la DSP 2

Au prime abord, les moyens de paiement qu’ils soient en espèces, par chèque ou par carte bancaire étaient tous reliés à un compte bancaire. Ce compte est détenu par une banque qui vous informe de façon constante des virements et des prélèvements que vous effectuez. Mais avec le DSP 1, d’autres sociétaires qui ne sont pas forcément des établissements bancaires vont pouvoir proposer la fourniture de certains services. Et ces derniers seront liés à un compte de paiement qui consignera et administrera les actions de rétributions ou les retraits d’espèces exécutés avec les outils de paiement.

La deuxième directive européenne a été mise en place dans le but de renforcer la sécurité des paiements sur internet. Cette directive insiste sur la nécessité de faire une double authentification stricte et qui sera obligatoire pour les demandeurs. C’est-à-dire que l’acheteur se certifie deux fois de façon différente. La réglementation concerne autant les vendeurs en ligne que les professionnels qui proposent à leurs abonnés la rétribution en ligne de leur travail par le biais de leur logiciel de facturation.

Les types de paiements concernés

La récente prescription d’identification à deux facteurs concerne toutes les rétributions distinctives réalisées sur internet entre un marchand et un prospect localisés dans la zone euro. Il en est de même pour des paiements par carte bancaire sans contrat et ceci de manière périodique. Dans le but de s’assurer que les cartes sont réellement utilisées par ses propriétaires.

Par contre, la nouvelle réglementation n’inclut pas les paiements d’un montant de moins de 30 euros ou entre un commerçant et un demandeur se situant hors de la zone euro. C’est le cas également pour des rétributions répétitives d’une somme figée en cas d’abonnement pour lequel une reconnaissance ferme a lieu.

Bénéfices pour les acquéreurs

En établissant des règles de sûreté très strictes, l’avantage principal s’avère un appui accru contre les menaces de mensonges pour vos clients. Ceci contribue à un solide renforcement de la confiance que vos consommateurs témoignent aux accords en ligne. En effet, en cas de vol de leur carte ou données bancaires, ces dernières ne seront plus suffisantes pour rendre possible un achat sur le net. L’autre conséquence positive serait l’éloignement de la surfacturation appliquée aux cartes bancaires. Tous les consommateurs de l’Union européenne économiseront donc beaucoup d’argent.

Avantage pour le vendeur

Lorsque vous demandez à vos consommateurs de payer par leur carte en ligne, tachez de savoir si les normes de paie prennent en compte la nouvelle instruction. Pour la plupart des situations, c’est la banque de l’acheteur qui est responsable de la double authentification. Le fournisseur de rémunération du marchand doit donner dans certains faits les dispositifs de certification.

Aussi, lorsqu’une réduction des marchés en rallongeant le chemin d’emplette est soupçonnée, les acheteurs devraient graduellement s’ajuster à cette double authentification. Celle-ci est facilement maniable sur les téléphones portables surtout avec le système de reconnaissance faciale dont disposent ces Smartphones.

Laisser un commentaire

Noter *
Ce champs est réquis

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Champs invalide

Champs invalide

Champs invalide