Le journal du net

Philippe Goj : « Il faut détecter les salariés qui supportent mal le télétravail »

Depuis le mois de mars 2020, il est devenu courant, voire incontournable d’avoir recours au télétravail dans de nombreuses entreprises. Pour certains salariés, ce mode d’organisation est inédit et regorge de défis inattendus et complexes à appréhender. Afin de maintenir la santé au travail, mais aussi de tenir l’activité de la structure à flot, il est fondamental de savoir détecter le mal-être de ces télétravailleurs.

Les difficultés attendues avec le télétravail

Etant donné la mise en place rapide, et souvent non-anticipée du télétravail, certaines difficultés ne peuvent être évitées. Tout d’abord, l’isolement professionnel, mais aussi plus largement personnel et social est favorisé par la configuration de télétravail. En effet, les échanges sont limités, et pour certains salariés vivant seuls, ce sentiment se voit exacerbé. Aux gains en termes de temps de transport et de flexibilité viennent se confronter des horaires allongés et une disponibilité parfois subis par les télétravailleurs.

Le Ciamt a d’ailleurs évoqué que le télétravail « favoriserait l’effacement de la frontière entre vie privée et vie professionnelle ». Concernant par exemple les personnes en télétravail, avec des enfants en bas âge, il peut être difficile de maintenir cette distinction. Enfin, s’agissant de la logistique, certains peuvent être mis en difficulté par un poste de travail non adapté.

Les conseils de M. Goj, président du Ciamt

Philippe Goj, président du Ciamt – l’un des principaux acteurs parisiens de la Santé dans le monde du travail – a donc prodigué des conseils afin qu’il soit plus aisé de détecter le mal-être d’un collaborateur dans la situation de télétravail.

Ainsi, dans un premier temps, le Ciamt recommande de prévoir un accompagnement des salariés à la mise en place du télétravail, en les formant et s’assurant qu’ils disposent des moyens nécessaires. Il est nécessaire de les conseiller dans cette transition, et les informer des services d’assistances qui peuvent être à leur écoute.

Par ailleurs, le président de la Ciamt souligne l’importance de la communication envers les équipes, qui passe, notamment, par un soutien aux managers. Ceux-ci pourront alors, en maintenant un lien régulier, détecter plus aisément les difficultés des équipes et évaluer les risques potentiels. En mettant également en place des chats en ligne, et en préconisant aux collaborateurs des pauses régulières, les effets de l’isolement et du stress pourront être atténués. Enfin, plus que jamais, il est nécessaire de rappeler le droit à la déconnexion des salariés.

Philippe Goj, fervent défenseur de la santé au travail

Goj est un entrepreneur français, spécialisé à l’origine dans le domaine de l’électricité et de l’électronique. Alors qu’il créé son entreprise de construction en 1991, il intègre également le bureau de la FEDELEC, dont il deviendra par la suite président jusqu’en 2017. C’est donc à travers sa carrière, et non sa formation, qu’il devient un fervent défenseur de la santé dans le domaine du travail des salariés. En janvier 2017, il est alors devenu président du Ciamt (Centre Inter-entreprises et Artisanal de santé au travail), concrétisation de cet engagement fort.

Le journal du net

Jean-Marie Santander, itinéraire d’un autodidacte écolo

C’est en 1951, au Maroc, que naît Jean-Marie Santander. Issu d’une famille d’origine andalouse, il émigre en France à l’âge de 15 ans et débarque au port de Marseille la tête pleine de rêves. C’est à cette période, que naît sa passion pour l’univers des énergies renouvelables, passion qui ne cessera de grandir et de s’affirmer et qui fera de lui un des pionniers dans ce domaine en France et en Europe.

Jean-Marie Santander et ses études

Fils d’un garagiste, les revenus de la famille ne lui permettent pas de faire de longues études. Après l’obtention de son baccalauréat, il intègre une agence d’évaluation des risques environnementaux. Dans le même temps, il choisit de se former au Conservatoire National des Arts et Métiers (CNAM) et cumule pendant quelques années son emploi, une vie de famille et la poursuite de ses études. Il obtient finalement un diplôme d’ingénieur en électrotechnique et viendront s’ajouter, quelques années plus tard, un master de management qu’il obtiendra à Sup de Co Marseille, ainsi qu’un titre de 3e cycle en finances.

Tout fraîchement diplômé, Jean-Marie Santander va rapidement se découvrir une âme d’entrepreneur. En 1998, il co-fonde la société Theolia avec un ami. Ils veulent en faire une entreprise non seulement rentable mais également respectueuse de l’environnement. En 2004, cet écolo-entrepreneur est seul à la tête de l’entreprise et il réussit à faire entrer Theolia en bourse sur le marché libre. Il parvient, à force d’audace et de travail acharné, à faire grandir et prospérer cette entreprise qu’on appellera « Le Petit Poucet Aixois ».

Les énergies renouvelables sur le marché européen selon Jean-Marie Santander

Alors que les énergies renouvelables sont encore émergentes sur le marché européen au début des années 2000, il s’affirme et devient incontournable dans le domaine. Attaché à ses racines, il déploie une stratégie de croissance basée sur les marchés émergents et notamment au Maroc. Alors que la crise financière balaie la sphère économique dans le monde entier, il se lance dans un nouveau projet. En effet, il démissionne de Theolia en 2008 pour fonder une nouvelle entreprise Global EcoPower. Ses dirigeants et employés mettent leur expertise au service de l’énergie verte, essentiellement solaire et éolienne.

Au-delà de son palmarès impressionnant en terme d’entreprenariat et de réussites industrielles, Jean-Marie Santander milite également pour une transition énergétique globale. Il considère lui-même que les énergies renouvelables font partie de son ADN. L’année 2020 sera l’année du changement et celle du passage de l’énergie verte à l’énergie bleue. Il se lance dans un nouveau projet écologique tout à fait innovant. Il crée avec son fils Grégory la société Ecosynya, qui a pour ambition de rendre plus accessible la puissance des bienfaits de la nature. Ils cultivent de la spiruline, une microalgue qui possède des qualités nutritionnelles insoupçonnées et des bienfaits prouvés sur l’organisme. Ils extraient le composé actif de la spiruline la phycocyanine afin de proposer des produits énergétiques et stimulant le système immunitaire. Ils ont à cœur de cultiver leur spiruline en France, c’est ainsi qu’ils ont développé un bio laboratoire dans le Sud à Aix-en-Provence. C’est indéniablement une belle histoire de transmission entre père et fils autour de valeurs communes et de l’écologie. C’est également le point d’orgue de la trajectoire atypique d’un autodidacte écolo, qui n’est parti de rien et qui a su s’imposer comme un entrepreneur innovant et une figure incontournable de la transition énergétique.

Le journal du net

École Jeanine Manuel : un lycée bilingue… Mais pas que !

Les intuitions de Jeannine Manuel sur l’enseignement continuent d’influencer la façon dont l’école conçoit l’apprentissage à. L’innovation et l’auto-évaluation constante font partie de ses méthodes et restent des sources d’inspiration.

Les étapes d’apprentissage de Jeannine Manuel

Les premières étapes fondamentales de l’apprentissage ont été l’objectif principal de l’établissement. Ses méthodes suivaient celles de la méthode scientifique et comprenaient :

  •  L’étude attentive des enfants et des observations minutieuses et précises ;
  • Suivre des intuitions basées sur la recherche et faire des hypothèses ;
  • Concevoir des expériences efficaces et évaluer leurs résultats ;
  •  Être toujours prêt à changer pour le mieux

Les recherches dans le domaine des sciences cognitives ont prouvé que les méthodes de Jeannine Manuel étaient tout à fait justes et cette école lui doit son approche visionnaire. Jeannine Manuel a également été un excellent mentor pour nombre de ses professeurs, auxquels elle a souvent répété ses principes fondamentaux, qui sont restés une force motrice pour cette école depuis 1954 :

  • Avoir de grandes ambitions car les enfants peuvent aller très loin ;
  • L’apprentissage doit être amusant et captivant ;
  • Les enfants doivent être conscients de ce qu’ils ont appris ; cela leur donnera la confiance et la motivation nécessaires pour apprendre encore plus ;
  • Être positif, encourager et s’intéresser à chaque enfant et à ses besoins.

L’apport des sciences cognitives

Quatre piliers essentiels de l’apprentissage nous aident à progresser dans une école bilingue à Paris :

  •  La concentration : le moteur de l’apprentissage
  •  La participation active : c’est la clé de la concentration. Les étudiants sont concentrés lorsqu’ils participent activement — les enseignants doivent trouver un moyen de s’assurer qu’ils le font.
  • Retour d’information : le cerveau apprend de ses erreurs. Faire des erreurs et en tirer des leçons stimule l’apprentissage. Des tests réguliers permettent aux étudiants de prendre conscience de leurs erreurs et d’en tirer des enseignements grâce à un retour d’information régulier.
  • Consolidation des connaissances : passer d’un traitement lent et conscient de l’information à un traitement rapide et automatique, nécessitant peu de concentration. Les habitudes de sommeil jouent un rôle important dans ce changement.

Inculquer la nouvelle psychologie du succès

La réussite devrait être vue autrement selon plusieurs penseurs de la psychologie du succès. En effet, il est important que l’enfant ait des bases psychologiques fortes, pour ne jamais se décourager et cultiver en lui le succès.

  •  Le cerveau n’a presque pas de limites, chaque personne a un énorme potentiel de progrès qui peut être atteint grâce à l’effort.
  •  Il faut faire des erreurs pour comprendre qu’« échouer, c’est grandir » ; il faut confier aux enfants des tâches qui leur semblent difficiles. Accomplir ces tâches tout en faisant des erreurs en cours de route est fondamental pour comprendre que l’effort mène au succès.
  •  Il est important de pratiquer activement cet état d’esprit revitalisant qui fait apprécier la valeur de l’effort et rendre fier de ses progrès.
  •  Cet esprit de croissance est devenu une source d’inspiration pour toute notre communauté scolaire à l’École Jeannine Manuel.

C’était vrai il y a une vingtaine d’années, et ça le restera des années encore pour de nombreuses générations.

Le journal du net

Coupon de réduction : définition

Les bons de réduction ou les coupons de réduction sont des billets papier qui réduisent généralement la valeur ou le pourcentage des achats de produits au cours d’une période de validité donnée ou sous certaines conditions. Cette technique commerciale vise à toucher un stock bien défini d’un produit ou d’affluer et d’accroitre le trafic des consommateurs sur un magasin ou espace de vente spécifique. Pour dire simple, c’est une tactique commerciale orientée visant à inciter les clients à consommer et acheter leurs produits ou services.

Développement du couponnage :

En 2013, la plateforme Tradedoubler a mené une nouvelle étude auprès de 2 500 consommateurs dans six pays d’Europe, dont la France. Les résultats ont montré que 52% d’entre eux ont consulté le site des codes promotionnels avant d’acheter le produit.

Plusieurs sites se sont spécialisés dans cette pratiques et propose des coupons à délai comme si c’était des ventes aux enchères, des réductions pouvant atteindre 70% mais uniquement en faisant appel à leur prestation d’intermédiaire. Ces sociétés signent un objectif soit un nombre de vente considérable contre une remise des prix et bien entendu leur commission. Ensuite, ils s’occupent de diffuser une grande et large compagne de publicité touchant tous les supports pour saisir et d’impressionner le maximum possible de prospects et les traduire en clients potentiels.

Les supports de diffusion sont multiples. Internet est le support de diffusion le plus utilisé pour sa vitesse de propagation organique le plus rapide, et plus précisément la publicité payante et le partage gratuit sur les réseaux sociaux.
La distribution des Flyers et des catalogues contribuent également à toucher plus de prospect. Cela dit, la présentation de l’offre doit être correctement étudiée pour attirer le maximum possible de cible.
La publicité sur les supports classiques tels que la télévision, la radio, les panneaux publicitaires peut toucher un grand nombre de personnes. Unique souci, le prix de la publicité reste extrêmement cher. Le jeu vaut la chandelle tout de même.

Ces coupons de réduction combleront le vide commercial hors période des soldes soit Janvier/Février et Juillet/Aout.

Des sites de vente en ligne ont aussi adopté cette technique commerciale. Ils proposent le cumule de point de fidélité pour chaque article acheté. Une fois le nombre de point cumulé atteint un certain seuil fixé par le vendeur lui-même, ce dernier supprime ces points contre la communication d’un code promotionnel ou d’un coupon de réduction afin que le client en bénéficie lors de ces futurs achats. N’est-ce pas une excellente façon de fidéliser ses clients et de concrétiser un maximum de commande.

Le journal du net

Pourquoi suivre une formation en habilitation électrique

Une intervention électrique présente surement des risques d’électrocution et d’incendie. Les artisans qui exercent des métiers dans le secteur de l’électricité doivent impérativement être habilités à effectuer des interventions sécurisées. C’est pour cela qu’il est important et même primordial de suivre une formation en habilitation électrique pour avoir les aptitudes nécessaires. Qu’est-ce que l’habilitation électrique ? Quelle est l’utilité d’une formation en habilitation électrique ?

L’habilitation électrique obligatoire, qui résulte de la norme NF C 18-510, concerne bien sur les électriciens mais aussi l’ensemble des corps d’état du bâtiment (plaquistes, plombiers, peintres, menuisiers, maçons …,) et d’autres opérateurs comme les magasiniers, les informaticiens, les diagnostiqueurs, etc… Tout le monde est concerné quel que soit son statut dans l’entreprise : salariés, intérimaires, sous-traitants, etc…

Habilitation électrique : qu’est-ce que c’est ?

La manipulation des dispositifs électriques constitue un danger réel pour le personnel d’une entreprise. Pour cela, le fait de suivre une formation en habilitation électrique est exigé par la loi pour l’ensemble des personnes concernées. Il s’agit d’un certificat qui atteste de leurs aptitudes à réaliser le travail selon les normes de sécurité requises. Cette attestation est différente d’un diplôme en électricité, elle ne constitue donc pas une preuve des compétences professionnelles d’un employé.

L’habilitation est attribuée de manière individuelle et ne peut être transmise à un tiers. Le professionnel doit donc disposer d’une habilitation et le conserver durant l’exercice de sa fonction. Ce certificat représente plusieurs niveaux d’autorisations pour manipuler des dispositifs de diverses puissances.

Utilité d’une formation électrique

La formation en habilitation électrique est obligatoire. Elle est nécessaire pour apprendre à réaliser des interventions sur des installations électriques sous des conditions sécurisées. Cette formation doit également être suivie par les employés qui exercent leur fonction à proximité de dispositifs électriques. Un certificat est ensuite délivré par le médecin de travail aux personnes formées à l’issue de l’apprentissage.

Par exemple, si vous devez effectuer des opérations électriques au niveau des chantiers, il est nécessaire d’obtenir une habilitation B2, BR et BC. L’attestation est obligatoire pour tous les professionnels qui prennent en charge des travaux en BT ou HT (basse tension ou haute tension). En France, l’habilitation électrique est régie par la norme NF C18-510 qui oblige les entreprises à former leurs employés aux nouvelles normes en termes d’autorisation électrique. Cette mesure est indispensable pour garantir la sécurité du personnel d’une société, mais également des biens. Retrouvez plus d’information sur ce lien : https://habilitations-electrique.fr/formation/formation-habilitation-electrique-b1-b2-bc-br-b1v-b2v/

Délivrance du titre d’habilitation électrique

L’employeur doit être sûr qu’un certain nombre de critères soient respectés avant de délivrer une habilitation. Il doit notamment vérifier que :

  • L’employé ait effectué une formation adaptée aux diverses opérations à effectuer dans le cadre de son activité.
  • L’employé ait bien compris cette formation (en théorie et en pratique) en consultant « l’avis après formation » délivré par le formateur ou l’organisme de formation.
  • L’aptitude médicale délivrée par la médecine du travail prenne en considération les différents risques auxquels le salarié sera exposé.
  • L’employé soit bien en possession de son carnet de prescriptions, éventuellement complété par des instructions de sécurité relatives à son activité.
  • Pour les travailleurs indépendants qui travaillent directement sur des chantiers, la délivrance d’une habilitation n’est pas obligatoire, ils doivent cependant avoir la connaissance des risques liés à l’électricité et connaitre les mesures de prévention qui peuvent être mises en place.
Le journal du net

Les centres d’intérêt de Philippe Goj

Mettre en accord la passion, l’ambition et le métier est-il possible ? Beaucoup pensent que cette idée est difficile à envisager. Pourtant, c’est exactement ce que Philippe Goj a fait en alliant sa passion héritée de son père et son désir d’améliorer la médecine du travail.

Le domaine de l’électricité et de l’électronique

Influencé par le travail de son père, Philippe Goj montre un grand intérêt pour l’électricité et l’électronique. Afin de s’investir davantage, l’entrepreneur avait décidé d’approfondir sa connaissance dans ce domaine.

Dans le monde du travail, les risques liés à la maladie mentale chez les salariés s’avèrent assez inquiétants. Conscient qu’une prise de mesure préventive doit être prise, Philippe Goj a décidé de se focaliser sur les solutions envisageables.

Suite à une interview avec Philippe Goj, voici une idée de sa perception concernant l’évolution des métiers liés à l’électricité et à l’électronique ainsi que leur cadre réglementaire. Il a évoqué les effets des changements climatiques sur les artisans électriciens. En surcroît, il a parlé des impacts de l’inadaptation des matériels et leurs lourdeurs. Philippe Goj semble aussi regretter l’absence d’offre standard pour les particuliers qui souhaitent faire des modifications dans leur logement. Ces derniers, en effet, désirent recevoir des parents âgés, ou seulement développer les automatismes de leurs maisons individuelles pour leur plaisir personnel. L’entrepreneur a par la suite, insisté sur le fait que la fibre optique et la demande d’appareils de régulation de la consommation d’électricité constituent un grand facteur de croissance pour l’activité des artisans électriciens. Selon cette même interview, il trouve que l’inadaptation des normes applicables reste regrettable.

Les convictions du président du CIAMT

Philippe Goj ne s’est pas limité au domaine de l’électricité. Il a élargi sa connaissance vers tous les domaines du travail. Après plusieurs expériences dans le monde de l’entrepreneuriat, il a remarqué qu’avec des collaborateurs en bonne santé, la société empoche un plus grand bénéfice. Phillip Goj a donc investi dans la médecine du travail.

Depuis que Philippe Goj est à la tête du CIAMT, il a créé une réforme. Créer le CIAMT ou le centre de médecine du travail qui vire plutôt à la prévention est son principal objectif. La réforme consiste à déterminer en avance l’apparition des maladies mentales et autres maux du travail. L’entrepreneur a propulsé cette idée vers toutes les entreprises parisiennes qui ont déjà adhéré au centre et ceux qui ne le sont pas encore, en partageant des informations, et en sensibilisant des employeurs et des employées. Ainsi, ils sauront quoi faire pour éviter ces maladies et assurer le bien-être des travailleurs. La médecine du travail préconise aussi plusieurs points : la prise de pause régulière dans les entreprises, la mise en place d’une meilleure communication et la mise à disposition de certains outils.

Sa carrière dans l’artisan électricien a poussé Philippe Goj vers une autre porte c’est-à-dire vers la médecine du travail. Actuellement, il continue d’inciter les entreprises à adhérer au CIAMT afin qu’elles puissent bénéficier de ces aides précieuses.

Le journal du net

ERP ou CRM : Que choisir

Dans un contexte technologique en constante évolution, les entreprises sont obligées aujourd’hui de faire face à un véritable défi d’intelligence organisationnelle. Pour assurer la réussite de leur virage digital, elles ont besoin d’outils modernes pour répondre à leurs besoins de gestion et de management.

C’est précisément à ce moment-là qu’entrent en scène des solutions telles que les ERP ou les CRM. Ces outils permettent en effet de répondre à des enjeux organisationnels mais aussi stratégiques, en offrant des solutions adaptées aux problématiques logistiques et décisionnelles des entreprises qui choisissent de les mettre en place.

L’ERP : une meilleure gestion globale de l’entreprise

L’ERP est défini comme étant un logiciel qui accompagne l’entreprise dans le pilotage de sa gestion et l’amélioration de sa relation client. Son objectif est donc de centraliser et de coordonner l’ensemble des informations pertinentes pour l’activité de l’entreprise. Son fonctionnement s’appuie sur une base de données commune à tous les services de l’entreprise. C’est pour cela qu’il est considéré comme étant au fond du bon fonctionnement de la structure synonyme de performance et d’optimisation des coûts.

Également appelé « progiciel de gestion intégrée », l’ERP couvre la totalité du périmètre de gestion de l’entreprise, à savoir :

  • La gestion des achats
  • La gestion des ventes et de la gestion commerciale
  • La gestion comptable et financière (contrôle de gestion, budgets)
  • La gestion des stocks (logistique, transport, etc.)
  • La gestion des ressources humaines (personnel et paie)
  • La gestion des fournisseurs
  • La gestion de la distribution

Un ERP est généralement se caractérise généralement par une architecture modulaire, d’où l’utilisation du terme de « gestion intégrée ». C’est-à-dire qu’il regroupe plusieurs modules  connectés entre eux et qui se partagent les mêmes informations. L’entreprise profite donc d’une meilleure visibilité en ayant accès à l’ensemble des données qui lui sont importantes au sein d’une seule et même interface. L’ERP renforce également la qualité et la sécurité de ces données grâce à l’automatisation d’un certain nombre de processus. Les données peuvent par ailleurs être exportées ou enregistrées  n’importe quand.

Les avantages en rapport avec la mise en place d’un ERP au sein de l’entreprise sont donc multiples : optimisation du processus de gestion, homogénéisation du système d’information gain de temps et réduction des coûts. Multilingue et multidevise, l’ERP est également parfaitement adapté à un marché mondial.

.

Le CRM : la fidélisation sur le long terme

LE CRM ou « Customer Relationship Management » a pour objectif d’améliorer la relation entre l’entreprise et ses clients pour les fidéliser. Cela passe par une mutualisation des données et des interactions avec les clients, offrant une meilleure visibilité et une analyse plus poussée de ces informations qui représentent souvent des volumes importants.

Grâce au CRM, les commerciaux peuvent  facilement gérer leurs contacts à travers des fiches clients détaillées et personnalisables. Celles-ci contiennent toutes les informations importantes. Ils peuvent ainsi identifier les prospects « chauds » ou ceux à relancer en priorité, en fonction de leur progression dans le parcours d’achat. L’expérience utilisateur peut être personnalisée grâce à l’anticipation du comportement d’achat, améliorant par la même occasion la satisfaction client.

Le CRM permet également d’améliorer le suivi des affaires et, plus globalement, celui de la relation client. Il offre généralement des rapports clairs et détaillés sur l’ensemble de l’activité pour évaluer la performance commerciale et identifier d’éventuels axes d’amélioration. Les commerciaux sont plus motivés à atteindre leurs objectifs en bénéficiant d’une vision claire et immédiate de leurs résultats.

L’utilisation d’un CRM est indispensable pour toute stratégie intégrant des objectifs de croissance pour améliorer son efficacité opérationnelle et sa capacité d’interagir au bon moment avec les bonnes personnes. Elle s’intègre aussi au sein de la stratégie digitale de l’entreprise en lui permettant de mieux connaître sa clientèle et donc, d’optimiser ses campagnes de communication et de marketing. Une fois encore, l’analyse des données permet de mieux comprendre les comportements d’achat des internautes et d’anticiper leurs besoins. Elle est aujourd’hui considérée comme un véritable levier de croissance pour les entreprises qui saisissent l’opportunité d’entretenir une relation personnalisée avec leurs clients.

Pour répondre à notre principale question, à savoir celle du choix entre l’utilisation d’un ERP ou d’un CRM, la réponse est suivante : les deux sont nécessaires et complémentaires, notamment au niveau de l’exploitation des volumes de données qui sont toujours plus massifs. Néanmoins, la mise en place de chacune de ces deux solutions nécessite une vraie réflexion d’ensemble de la part de l’entreprise. Qu’il s’agisse de l’ERP ou du CRM, tous deux doivent s’intégrer de façon optimale dans le processus organisationnel et stratégique déjà existant : pour être sûr de répondre aux besoins métiers qui peuvent être spécifiques, pour s’adapter au système d’information et pour garantir en permanence la pertinence des données.

D’un côté, l’ERP doit permettre d’adopter une approche globale tout en faisant intervenir des modules indépendants, ce qui peut entraîner des coûts. De l’autre, le CRM doit permettre de répondre à des objectifs clairs et précis pour que la solution choisie soit la mieux adaptée.

Pour en savoir plus sur notre  fournisseur de solution ERP & CRM, suivez le lien https://www.artis.fr/

Le journal du net

Choisir la bonne agence digitale

Actuellement, le développement et la performance d’une entreprise dépend en grande partie du digital. Quelle que soit la taille de l’entreprise, internet est devenu un vrai levier de croissance. Ainsi, il convient d’établir une présence sur le web en utilisant toutes les ressources possibles. Mais pour cela, il faut faire appel à une agence digitale. Et pour atteindre vos objectifs, vous devez choisir la meilleure agence web. (suite…)

Le journal du net

Comment obtenir des followers instagram?

Il devient de plus en plus compliqué de trouver des abonnés pour Instagram, qui soient réels et intéressés par ce que vous faites.

 

Instagram est comme la Grosse Pomme… Il ne dort jamais !

 

Ces dernières années, il a connu une croissance si exponentielle qu’aujourd’hui, son algorithme change continuellement pour améliorer l’expérience de l’utilisateur, ce qui a touché beaucoup de gens, peut-être même vous.

 

Ne vous inquiétez pas, aujourd’hui, je vais vous expliquer comment « hacker » l’algorithme pour télécharger sur Instagram les followers qui sont intéressés par ce que vous partagez. Vous pourrez alors obtenir des followers instagram sans devoir les acheter sur achat-followers.com

 

Si vous êtes ici, j’imagine que nous avons quelque chose en commun, à savoir que vous avez le désir de pouvoir travailler et voyager de n’importe où dans le monde, n’est-ce pas ?

 

Vous avez probablement entendu parler de personnes qui ont réussi grâce à leur compte Instagram et qui, dans la plupart des cas, ont beaucoup d’abonnés.

 

Laissez-moi vous dire une chose.

 

Vous n’avez pas besoin de 15 000 ou 50 000 followers pour commencer à monétiser votre compte.

 

Et je vous le dis, j’ai conclu ma première collaboration alors que je n’avais que 10 000 abonnés et que j’ai gagné plus de 10 000 euros avec Instagram en un an seulement.

 

La clé n’est pas le nombre d’abonnés que vous avez, mais la qualité de vos abonnés. Il ne suffit donc plus d’augmenter ou de gagner des abonnés sur Instagram, ni même d’acheter des abonnés, pour monétiser votre compte.

 

Pourquoi pas ?

 

Cela ne vous aide pas d’avoir beaucoup de followers sur Instagram s’ils ne sont pas réels, et surtout s’ils ne montrent pas un réel intérêt pour ce que vous partagez.

 

Comme je le dis toujours à mes étudiants, « Il vaut mieux avoir quelques abonnés mais avec de la QUALITÉ que d’avoir beaucoup d’abonnés qui sont des fantômes.

 

Alors si vous voulez faire un tour dans votre vie et sortir de votre zone de confort, restez jusqu’à la fin de ce poste, car je vais vous donner le coup de pouce et les astuces dont vous avez besoin pour avoir des abonnés de qualité sur Instagram.

 

Comment utiliser Instagram

Instagram n’est pas seulement une application, mais un réseau social qui a un pouvoir incroyable et qui a permis à des millions de personnes de se connecter les unes aux autres… et de changer leur vie.

 

Ce qui différencie Instagram des autres réseaux sociaux (tels que Facebook ou YouTube) est que l’engagement sur Instagram est brutal et cela se traduit par une vitrine des possibilités offertes à des millions d’utilisateurs.

 

Voyons maintenant comment vous pouvez utiliser cet outil de la bonne manière en commençant par ce qui génère le plus de maux de tête pour de nombreux utilisateurs : les hashtags. ?

 

 

 

1. comment utiliser les hashtags

 

Si vous pensiez que les hashtags n’étaient plus utiles sur Instagram, vous vous trompez.

 

Le célèbre bloc-notes Instagram est un outil puissant pour attirer passivement les abonnés et les clients potentiels CLIQUEZ POUR TUTORISER

 

Cela signifie que pendant que vous dormez ou faites d’autres choses, les hashtags font le travail de recrutement de nouveaux utilisateurs pour vous.

 

C’est cool, non ?

 

Regardez ce que j’obtiens avec un compte qui a moins de 3 000 followers.

 

 

 

Comment obtenir des abonnés sur Instagram : en utilisant des hashtags.

 

 

Comme vous pouvez le voir sur l’image, 57% des comptes atteints ne sont pas mes abonnés.

 

C’est pourquoi j’aime les hashtags, car ils vous permettent d’augmenter votre suivi Instagram sans utiliser de techniques sales ou de tricherie qui, plus tard, nuiront à votre compte.

 

Mais pour les faire fonctionner, vous devez comprendre comment les rechercher et les sélectionner pour votre entreprise.

 

 

 

 

2. Comment programmer les publications

 

L’un des piliers fondamentaux de l’adhésion à Instagram est la cohérence.

 

N’oubliez pas qu’Instagram cherche à avoir des utilisateurs engagés et actifs. Par conséquent, si vous cessez de poster ou d’utiliser l’application, cela aura des conséquences à long terme.

 

Je sais que vous êtes sur une piste, et croyez-moi, moi aussi.

 

Entre mon blog, les groupes Facebook, les étudiants, le conseil et la gestion de mon compte, il y a des moments où j’oublie de poster sur Instagram.

 

Tout comme il est important d’avoir un calendrier éditorial fermé sur un blog, il est important sur Instagram.

 

En fait, il est bon d’avoir à l’avance le contenu que vous voulez publier et de le programmer.

 

 

 



Le journal du net

Qu’est ce que le streaming?

Les premiers sites web étaient de simples pages de texte avec peut-être une ou deux images. Aujourd’hui, cependant, toute personne disposant d’une connexion Internet suffisamment rapide peut diffuser des films en haute définition ou passer un appel vidéo sur Internet. Cela est possible grâce à une technologie appelée « streaming » un exemple est le site fcine.tv.

Le streaming est la transmission continue de fichiers audio ou vidéo d’un serveur à un client. En termes plus simples, la diffusion en continu est ce qui se produit lorsque les consommateurs regardent la télévision ou écoutent des podcasts sur des appareils connectés à l’internet. Dans le cas de la diffusion en continu, le fichier multimédia lu sur le dispositif client est stocké à distance et transmis quelques secondes à la fois sur l’internet.

Quelle est la différence entre la diffusion en continu et le téléchargement ?

La diffusion en continu est en temps réel, et elle est plus efficace que le téléchargement de fichiers multimédia. Si un fichier vidéo est téléchargé, une copie de l’ensemble du fichier est enregistrée sur le disque dur de l’appareil, et la vidéo ne peut pas être lue tant que le téléchargement du fichier n’est pas terminé. Si le fichier est diffusé en continu, le navigateur lit la vidéo sans la copier ni l’enregistrer. La vidéo se charge un peu à la fois au lieu de charger le fichier entier en une seule fois, et les informations que le navigateur charge ne sont pas enregistrées localement.

Pensez à la différence entre un lac et un cours d’eau : Les deux contiennent de l’eau, et un ruisseau peut contenir autant d’eau qu’un lac ; la différence est qu’avec un ruisseau, l’eau n’est pas au même endroit en même temps. Un fichier vidéo téléchargé ressemble davantage à un lac, en ce sens qu’il occupe beaucoup d’espace sur le disque dur (et qu’il faut beaucoup de temps pour déplacer un lac). La vidéo en continu ressemble davantage à un ruisseau ou à une rivière, dans la mesure où les données de la vidéo circulent en continu et rapidement vers le navigateur de l’utilisateur.

Comment fonctionne la diffusion en continu ?

Tout comme les autres données envoyées sur Internet, les données audio et vidéo sont décomposées en paquets de données. Chaque paquet contient une petite partie du fichier, et un lecteur audio ou vidéo dans le navigateur de l’appareil client prend le flux de paquets de données et l’interprète comme une vidéo ou un audio.

L’envoi de vidéo sur Internet, par opposition à l’envoi de texte et d’images fixes, nécessite une méthode de transport des données plus rapide que le TCP/IP, qui privilégie la fiabilité à la vitesse.

Comment le protocole UDP (User Datagram Protocol) améliore-t-il la diffusion en continu ?

L’UDP est un protocole de transport, c’est-à-dire qu’il est utilisé pour déplacer des paquets de données sur les réseaux. UDP est utilisé avec le protocole Internet (IP), et ensemble ils sont appelés UDP/IP. Contrairement à TCP, UDP n’envoie pas de messages dans les deux sens pour ouvrir une connexion avant de transmettre des données, et il ne garantit pas que tous les paquets de données arrivent et sont en ordre. Par conséquent, la transmission de données ne prend pas autant de temps que via TCP, et bien que certains paquets soient perdus en cours de route, il y a tellement de paquets de données impliqués dans le maintien d’un flux que l’utilisateur ne devrait pas remarquer ceux qui sont perdus.

Une grande partie de l’Internet utilise le TCP, ou protocole de contrôle de transmission. Ce protocole de transport implique un accusé de réception minutieux pour l’ouverture d’une connexion. Une fois que la connexion est ouverte et que les deux dispositifs de communication envoient des paquets dans les deux sens, le protocole TCP garantit que la transmission est fiable et que tous les paquets arrivent dans l’ordre.

Pour le streaming, la vitesse est bien plus importante que la fiabilité. Par exemple, si quelqu’un regarde un épisode d’une émission de télévision en ligne, il n’est pas nécessaire que chaque pixel soit présent pour chaque image de l’épisode. L’utilisateur préférerait que l’épisode soit diffusé à une vitesse normale plutôt que de rester assis à attendre que chaque bit de données soit livré. Par conséquent, la perte de quelques paquets de données n’est pas une préoccupation majeure, et c’est pourquoi la diffusion en continu utilise l’UDP.

Si le TCP est comme un service de livraison de colis qui exige que le destinataire signe pour le colis, alors l’UDP est comme un service de livraison qui laisse les colis sur le porche sans frapper à la porte pour obtenir une signature. Le service de livraison TCP perd moins de paquets, mais le service de livraison UDP est plus rapide, car les paquets peuvent être déposés même si personne n’est à la maison pour signer à leur place.